DEB | Tout va bien

Publié le par Dominique-Emmanuel Blanchard | DEB

tout va bienC'est l'heure grave et légère. Je dispose les lumières : la lampe noire, haute sur tige, du bureau où j'écris, puis le bouquet de branches d'abord où s'égrènent trente-trois loupiotes (je les ai comptées), puis sur la marche d'escalier la bougie à l'odeur de fruits rouges, puis encore la lampe à abat-jour carré où je lis, ce soir, Ce que nous avons eu de meilleur, de Jean-Paul Enthoven et qui commence avec des mélopées de muezzin que j'entends très bien pour peu que je fasse taire en moi les froissements d'ailes de l'impatience à dire.

Heure grave où je suis de solitude comme on peut l'être d'un pays.

Heure légère parce que plus rien ne pèse et qu'il me semble que je pourrais mourir, là, tout de suite, un sourire aux lèvres.

Désormais il ne s'agit plus pour moi que de m'acheminer vers une sortie discrète. Ni sifflets ni applaudissements à l'entrée des vestiaires. J'aurais fait mon métier d'homme, et qui sait, peut-être, pas si mal que ça. Surtout vers la fin.

Tout va bien.

Tout est bien.

L'argent ne manque plus, ni l'amour ni la considération ni quoi que ce soit. Tout est bien vous dis-je !

Tout est calme, enfin. Je peux dormir tard, rater tous les rendez-vous, même être de mauvaise humeur. Et je suis là, encore...

Là à compter la présence de mes morts, à ignorer l'absence de mes vivants.

Tout va bien.

Tout est bien.

Publié dans De l'intime

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DEB 24/12/2010 12:59


Il n'en finit pas de commencer l'avenir. Du reste, je me pose la question : est-ce que l'avenir ce n'est pas du présent qu'on imagine ?


Marie Guegan 24/12/2010 00:40


Il est déja aujourd'hui, tout va bien, enfin presque puisque nous sommes vivants et je fais un petit tour ici , un autre chez toi.


brigitte giraud 24/12/2010 00:33


L'avenir commence tout de suite. Avec un apaisement qui vient aux senteurs de roses et de fruits rouges, une branche d'arbre pour l'immuable.